Un projet européen pour modifier structurellement l’intervention sociale

L’idée initiale du projet repose sur le constat que les pratiques qualifiées d’aller-vers (Outreach en anglais), bien que présentes dans les formations en travail social, restent à la fois difficiles à mettre en pratique par les travailleurs sociaux et les bénévoles qui travaillent avec les personnes en situation d’exclusion sociale et les jeunes et peu présentes dans la logique des dispositifs d’accompagnement. Il semble que la manière d’entrer en contact avec les institutions et leur organisation ne facilite pas les démarches et la rencontre avec les populations, concernant les jeunes, les personnes en situation de précarité…, tant les attentes par ces institutions ne sont pas explicites, voire contradictoires.
En effet, certaines démarches d’aller-vers visent à ramener vers les institutions des populations qui en sont éloignées, ce qui est le signe d’un manque de réflexion sur les postures et la relation entre les institutions et les personnes. Or, l’aller-vers implique un questionnement et un changement de posture qui permet de réhabiliter la reconnaissance des personnes, au-delà de leur situation sociale. Il s’agit donc de réfléchir à un autre type de relation entre les individus et les institutions.
Alors que les approches de proximité sont présentes dans la formation initiale et continue, les demandes et les besoins complexes augmentent progressivement, ce qui remet en question les interventions socio-éducatives coordonnées entre les différents niveaux des systèmes de soins multidisciplinaires. Combler le décalage croissant entre la formation et la pratique et modifier le cadre institutionnel en ce qui concerne les “approches de proximité” des professionnels du travail social, des étudiants en travail social et des bénévoles qui travaillent avec des personnes socialement exclues, notamment des jeunes.
Ces approches ” de proximité ” sont mises en œuvre de manière très différente selon les pays en fonction de la structure des politiques sociales : entre institutionnalisation de la prise en charge ou accompagnement basé sur des approches communautaires ou individuelles. Il est donc intéressant d’enrichir les pratiques des professionnels et des institutions dans une perspective transnationale afin de favoriser une véritable dynamique inclusive.
Le projet s’adresse aux politiques sociales, aux éducateurs, aux animateurs socio-éducatifs, aux travailleurs sociaux ou aux bénévoles qui travaillent avec des jeunes (16-30 ans) en situation d’exclusion sociale.

 

Les objectifs du projet sont :
Réhabiliter une approche telle qu’elle est mise en œuvre, par exemple, dans la “prévention spécialisée”. Créer et expérimenter une méthodologie d’accompagnement pour une approche inclusive
Concevoir le module de formation et l’intégrer dans les cours de formation existants.
Changer le paradigme de l’intervention sociale : de la logique du placement à celle de l’accompagnement.
Créer des postures d’accompagnement socioprofessionnel qui favorisent une réelle dynamique d’inclusion sociale.
Les productions :
– Capitalisation des pratiques ; travail réflexif sur les différentes approches d’aller vers pour la création d’une méthodologie d’accompagnement et la conception du module de formation.
– Conception d’un module de formation de l’approche “Aller-vers” et de la phase d’expérimentation ; intégration dans les cours de formation existants.
– Expérimentation de la méthodologie d’accompagnement d’aller-vers ; mise en œuvre sur le terrain.
– Construction d’une boîte à outils pédagogique et d’un référentiel méthodologique.

 

Les partenaires impliqués :

1. France – Léris (Laboratoire d’études et de recherche sur l’intervention sociale) (Coordinateur du projet)
2. France – IFME (l’Institut de formation aux Métiers Éducatifs)
3. Italie (Coop. soc. ARETES)
4. Slovénie (Faculté de travail social, Ljubljana)
5. Slovénie (Mestna zveza prijateljev mladine Ljubljana- Association municipale des amis de la jeunesse de Ljubljana)
6. Slovénie (Andragoski center Slovenije- Centre d’andragogie de Slovénie)
7. Slovénie (Istitute BOB, Coordinateur de “Mreza Mlada Ulica”- Réseau de jeunes travailleurs de rue en Slovénie)
8. Croatie (Faculté de droit, Zagreb)
9. Croatie (Citoyens actifs)
10. Espagne (Universitad Autònoma de Barcelona, Département de pédagogie appliquée)